Cercle Frédéric Bastiat

2016-09-25 17:19:40

2017 : enfin le Liberté ?

, par Patrick de Casanove

Chacun aura remarqué le point d’interrogation en fin de titre. J’aurais aimé y mettre un point d’exclamation. Malheureusement ce ne sera probablement pas le cas. Tout porte à croire que les prochaines élections présidentielles en France ne seront qu’un pas de plus sur « la route de la servitude » L’étatisme a de beaux jours devant lui.

Ce Weekend de la Liberté est un hommage à Jacques de Guenin, fondateur du Cercle, qui toute sa vie s’est battu pour la Liberté. En 2012 tous les libéraux étaient désolés que personne n’ait porté le flambeau de la Liberté face aux étatistes de droite et de gauche. Avoir cinq ans devant soi permettait de nourrir quelques espoirs. De là était né dans l’esprit de Jacques le projet Bastiat 2017 : « 2017 : enfin la Liberté ! Pour une civilisation d’individus libres, responsables et fraternels ». (D’où le titre de cet article.) L’objectif était de créer un mouvement de fond au sein de notre pays pour qu’une vague immense se lève en 2017 en faveur de la Liberté et porte au pouvoir une personne soucieuse de défendre les Droits Naturels Individuels Universels qui sont la Liberté, la Propriété et le Personnalité.

Ce projet Bastiat 2017 n’a été qu’une initiative parmi beaucoup d’autres. Aucune n’a porté de fruit, mais il ne faut pas baisser les bras. C’est pourquoi, conscient de la tourmente que traverse la France, même s’il ne fait pas de politique, le Cercle s’invite dans le débat avec ce 7ème Weekend de la Liberté qui a lieu dans l’année qui précède celle de l’élection présidentielle. Il a la ferme intention de présenter et défendre les idées de Frédéric Bastiat, d’où le thème :

France, sortir de l’étatisme pour sortir de l’impasse : la solution libérale. « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. ».

La grande question à laquelle il n’a jamais été répondu pour réformer notre pays est : quel est le rôle de l’État, quel est le rôle des individus ?

Parce que cette question reste en suspens l’État s’étend sans cesse sournoisement sans rencontrer de résistance. Le prétexte est toujours de construire une société meilleure, de bâtir un homme nouveau, s’il le faut en détruisant l’ancien, et de faire le bonheur des gens malgré eux, contre eux si nécessaire. Les personnes étant considérées par les hommes de l’État comme infantiles, immatures, incapables de gérer leur vie et de faire leur bonheur elles-mêmes. Ce faisant les hommes de l’État spolient légalement les Français de leur vie. La Loi est pervertie.

Comment déterminer si une mission doit être accomplie par l’État ou par les individus ? Le plus simple serait de savoir :
Qui paierait spontanément pour avoir un ministre, un secrétaire d’État de la fonction publique, du travail, de l’éducation, de la santé, de l’intérieur etc. et les services qui vont avec.
Qui paierait spontanément pour avoir plusieurs échelons administratifs : commune, intercommunalité, département, région etc.
Qui paierait spontanément pour avoir une multitude de Conseils, Comités, Autorités plus ou moins Hautes etc.

Pour le savoir il faudrait laisser les personnes choisir entre le service public et les services privés. Pour cela il faudrait ouvrir les services à la concurrence, qui est la liberté de choisir et que les Français recouvrent leurs moyens matériels et légaux d’assumer leur choix. Par leur choix sans contrainte légale, ils trancheront entre ce qui leur revient et ce qu’ils laissent à l’État.

Hélas dans notre organisation sociale le marché libre n’existe plus. Les individus ne peuvent plus choisir. 57% du PIB de dépenses publiques, 300 prélèvements obligatoires et 72 codes y ont mis fin. Les politiciens leur font donc croire qu’ils choisissent par délégation. Les Français abandonnent donc leur liberté, et la confient à leurs représentants. C’est la démocratie représentative. En fonction de quoi le seul marché qui fonctionne est le marché électoral. Les dépenses et les recettes de la nation sont soumises à ce marché qui consiste à acheter des voix et vendre des prébendes.

Il est évident que dans ces conditions, c’est-à-dire sans information fiable, personne ne peut savoir réellement si les dépenses, quel que soit le secteur, ont lieu à bon escient, ni si les moyens sont excessifs ou suffisants, ni si les choix sont pertinents. Mais tous peuvent hurler au manque de moyens ! Ce qui est un appel à des dépenses nouvelles…pour avoir des voix.

Une élection ne peut être, dans ces circonstances, qu’une course à l’interventionnisme étatique. C’est pourquoi tous les prétendants au poste sont partisans de la spoliation légale. Certes à des degrés divers, mais aucun ne la remet en cause. Ils y perdraient leur pouvoir.

C’est un cercle vicieux. À cause de cela la France ne sortira pas de l’étatisme donc de la panade.

Aucun candidat n’est partisan du « Laissez faire, laissez passer, le monde va de lui-même » : Ce qui permet aux les individus de se tromper, donc de progresser et d’innover.
« Pour moi, je pense que lorsque le pouvoir a garanti à chacun le libre exercice et le produit de ses facultés, réprimé l’abus qu’on en peut faire, maintenu l’ordre, assuré l’indépendance nationale et exécuté certains travaux d’utilité publique au-dessus des forces individuelles, il a rempli à peu près toute sa tâche.
En dehors ce cercle, religion, éducation, association, travail, échanges, tout appartient au domaine de l’activité privée, sous l’œil de l’autorité publique, qui ne doit avoir qu’une mission de surveillance et de répression. » Frédéric Bastiat Profession de foi électorale de 1846
Cela pourrait être une excellente profession de foi pour un candidat indépendant, issu de la « société civile » !
Elle pourrait se traduire aujourd’hui par libre choix, libre échange, liberté économique, mais aussi respect d’autrui et assistance par charité libre, donc responsabilité individuelle. On constate que le libéralisme va bien au-delà de l’économie et constitue une véritable éthique de vie.

Pour sortir de l’étatisme les idées de Frédéric Bastiat sont là. « 
Que faut-il donc, faire ?
Voici ma pensée. Je la formule dans toute sa naïveté, au risque de faire dresser les cheveux sur la tête à tous les financiers et praticiens.
Diminuer les impôts. — Diminuer les dépenses dans une proportion plus forte encore.
Et, pour revêtir cette pensée financière de sa formule politique, j’ajoute :
Liberté au dedans. — Paix au dehors. » Paix et liberté le budget républicain

Mises en forme, ces idées pourraient constituer un véritable programme :

- Le salaire complet et l’épargne retraite défiscalisée pour permettre de s’assurer soi-même auprès de l’assurance de son choix contre la maladie et pour préparer sa retraite.
- Le filet de sécurité pour les personnes en difficulté. Le chèque santé pour les personnes démunies. Le chèque scolaire pour rendre aux parents la liberté de choisir l’éducation donnée à leurs enfants. Le chèque logement etc. Une seule aide à la personne les remplaçant toutes.
- L’autonomie des établissements d’enseignement.
- La non intervention de l’État dans la vie des entreprises.
- La liberté des relations propriétaires-locataires.
- L’autorisation de construire reposant sur le droit de Propriété, comme seul critère l’absence de nuisance au voisinage.
- Une fiscalité simple strictement proportionnelle aux revenus (Flat tax).
- La liberté des cultes dans le respect d’autrui,
- Le référendum d’initiative populaire qui lui aussi sera tenu de respecter les Droits Naturels individuels,
- La réduction du périmètre de l’Etat à ses fonctions régaliennes. Il réprime les atteintes à la Liberté, la Propriété, la Personnalité. L’État ne se disperse pas, grâce à quoi la sécurité intérieure et extérieure sont assurées avec des moyens puissants. La Justice débarrassées des faux délits engendrés par les faux droits a les moyens suffisants pour protéger les biens et les personnes.

Il est clair que toutes ces mesures devraient entraîner une simplification considérable de la législation et par conséquent une plus grande liberté et une plus grande Justice dans notre pays.

Bien entendu les différents conférenciers du Weekend de la Liberté ne présenteront pas un programme électoral. Chacun dans son domaine vous apportera un éclairage, des éléments d’information et une pensée originale que vous ne trouverez pas dans les médias. Chacun dans son domaine donnera les éléments nécessaires à la compréhension, montrera la justesse de la vision libérale dans tous ces secteurs. La nécessité de leur mise en œuvre pour sortir la France de la situation où elle se trouve sera flagrante.

Faites votre opinion ! Venez assister au 7ème Weekend de la Liberté !

Patrick de Casanove
Président du Cercle Frédéric Bastiat