Cercle Frédéric Bastiat

2016-09-30 04:52:09

La défense nationale

L’ordre et la liberté

, par Patrick de Casanove

La France est un pays qui garde un interventionnisme militaire extérieur marqué. Ces dernières années nous avons eu l’Afghanistan, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Libye, le Kosovo, le Tchad, le Liban, la Somalie… j’en passe. L’intervention militaire en Syrie était au cœur des débats ces derniers jours. A l’intérieur l’armée participe à Vigipirate. Une députée a même souhaité qu’elle vienne rétablir l’ordre à Marseille ! Or cette armée, très sollicitée, professionnelle, ne reçoit pas des politiques les moyens nécessaires à son action. L’attrition qui depuis des années frappe nos forces le prouve. Le Livre Blanc sur la défense et de la sécurité nationale 2013 poursuit cette destruction. Si vis pacem para bellum. La sagesse veut qu’un pays parle doucement avec un gros bâton à la main. La France parle très fort et brandit un cure-dents. Il est donc légitime de se poser la question de la cohérence et des buts de la politique qui est à la base de notre sécurité intérieure et extérieure.
Frédéric Bastiat pensait qu’un monde de liberté économique, qu’un monde de libre échange, qu’un monde où la spoliation légale aurait pris fin serait un monde de paix. Malheureusement nous n’en sommes pas là. D’où la nécessité d’une défense solide à l’intérieur comme à l’extérieur portée par une politique rationnelle servie par des moyens puissants. Il est indispensable que l’Etat ne se disperse pas. « Vous le voyez, messieurs, ce ne sera jamais d’un changement violent dans les formes ou les dépositaires du pouvoir que j’attendrai le bonheur de ma patrie ; mais de notre bonne foi à le seconder dans l’exercice utile de ses attributions essentielles et de notre fermeté à l’y restreindre. Il faut que le gouvernement soit fort contre les ennemis du dedans et du dehors, car sa mission est de maintenir la paix intérieure et extérieure. Mais il faut qu’il abandonne à l’activité privée tout ce qui est de son domaine. L’ordre et la liberté sont à ce prix. » Frédéric Bastiat Profession de foi électorale de 1846.