Cercle Frédéric Bastiat

2017-12-17 04:01:31

« Les années d’apprentissage à Bayonne de Frédéric Bastiat (1801-1850) »

Compte rendu de la conférence des Journées du Patrimoine de Bayonne, au Musée Basque, le 16 septembre 2017par Madeleine DUPOUY, Docteur en Histoire.

, par Madeleine Dupouy

 :
 
Je voudrais tout d’abord remercier M. Jean-René Etchegaray, Maire de Bayonne, les organisateurs des Journées du Patrimoine 2017 ainsi que le Cercle Frédéric Bastiat de m’avoir invitée à venir vous entretenir des années d’apprentissage à Bayonne de l’économiste Frédéric Bastiat, né dans notre belle cité.
 
L’objet de cette conférence n’est pas d’ajouter une nouvelle contribution aux biographies de Frédéric Bastiat[1] et je me suis intéressée à lui, à cause de sa proximité avec les Lamaignère et de son parcours intéressant, qui l’a mené du négoce au journalisme, puis du journalisme à la politique, mon objectif est donc d’essayer de cerner les éléments qui ont permis à ce jeune négociant bayonnais de devenir juge de paix, journaliste puis homme politique, et enfin un élu de la Seconde RP, mais mon regard sur Frédéric Bastiat n’est pas celui d’une économiste.
 
Ces années de formation se sont déroulées de sa naissance à 1825 et les ai déclinées en trois parties :
Nous allons d’abord nous demander dans quel milieu familial a grandi Frédéric Bastiat,
Puis quelle fut sa formation initiale,
Et enfin quelles influences se sont exercées sur lui de 1818 à 1825.
 
Dans quel milieu familial a grandi Frédéric Bastiat ?
 
Frédéric Bastiat est né en 1801 à Bayonne dans une famille de négociants originaires de Chalosse, son grand-père Pierre Bastiat (1742-1825) s’installe à Bayonne où il épouse le 15 mai 1770 Catherine Laulhé, une jeune fille de la bourgeoisie chalossaise installée depuis la moitié du 18e siècle à Bayonne. Les recensements des listes d’électeurs de 1781 et 1785[2] nous indiquent que le couple réside 416 rue Port de Suzée (soit au 12-14 de l’actuelle rue Guilhamin), et que Pierre Bastiat paie une capitation de 24 L, il a le train de maison d’un jeune négociant, soit un commis et une gouvernante pour s’occuper des nombreux enfants[3]. Saubade Victoire (1772-1800), l’aînée des filles, convole en 1797 avec Henry Monclar, jeune juriste originaire de Dordogne, qui rejoint la maison Bastiat et s’associe avec l’aîné des garçons appelé lui aussi Pierre (1771-1810), comme son père. Pierre se marie en 1800 à Saint-Esprit avec Julie Fréchou (1773-1808) dont le père, Marcel Fréchou, également négociant, est installé 131 rue de l’Argenterie en 1785, et dont la mère Marie Marsan est originaire de Mugron. Frédéric est donc né dans une famille de la moyenne bourgeoisie bayonnaise, en cours de progression sociale.
 
C’est 27 rue du Pont Mayou (soit l’actuel 33 rue Victor Hugo), dans la maison qui appartient à sa grand-mère maternelle que naît Frédéric le 30 juin 1801 puis en novembre 1803 vient une petite fille Jeanne Élise, c’est le temps du bonheur. Mais la famille Bastiat est progressivement décimée par la tuberculose, Victoire Bastiat Monclar meurt en 1800, Firmin en 1801, Élise en 1805, Julie Frechou Bastiat en 1808, et au début de l’été 1810 c’est l’hécatombe : Catherine Laulhé Bastiat et Élisabeth Bastiat Dalbourg disparaissent à leur tour, ainsi que Pierre Bastiat malgré le soin que son père a pris de l’emmener dans les Landes, à Mugron, dans le domaine de Sengresse qu’il avait acheté comme bien national en 1795[4] avec le désir d’en faire la maison de famille et non comme placement.
 
Or en 1808, les armées napoléoniennes ont envahi l’Espagne où des combats se déroulent jusqu’à l’invasion du Sud-Ouest de la France en 1813, et les bourgeois bayonnais ont quitté Bayonne pour éloigner leurs familles des risques liés à son statut de ville fortifiée proche de la frontière. Ville portuaire et ville de garnison, Bayonne est loin de présenter le caractère attrayant que nous lui connaissons aujourd’hui, elle est enserrée dans ses remparts et les miasmes dûs à la totale absence d’hygiène qui règne dans la ville favorisent les épidémies, sa population est très mélangée, s’y côtoient marins, soldats et filles de joie ainsi que réfugiés et opposants de toutes opinions, venus d’Espagne.
 
À partir de 1810, Frédéric est élevé par son grand-père paternel et par sa tante Justine (1775-1854) et vit entre Sengresse et Bayonne. Mais ce n’est pas un enfant solitaire il est très souvent avec ses cousins Monclar, il est donc le troisième d’une fratrie de garçons. C’est à Bayonne que Frédéric commence sa scolarité dans le cours de l’abbé Meilhan[5], puis il fréquente le collège de Saint-Sever dont le niveau est jugé médiocre par sa famille qui l’envoie alors comme pensionnaire au célèbre collège bénédictin de Sorrèze, près de Castres, qui est devenu Lycée le 29 août 1813 grâce à un décret de Napoléon Ier en reconnaissance de la qualité de l’enseignement qui y est prodigué. Le projet pédagogique est innovant car l’enseignement est donné en Français « le grec et le latin n’étaient point l’essentiel de l’éducation ; [sont privilégiés] les sciences naturelles […] un enseignement commercial, les langues vivantes, les arts d’agrément[6] ». Frédéric y apprend l’anglais, l’espagnol, mais aussi l’italien et la musique, ainsi que les disciplines sportives, mais l’originalité de Sorèze tient peut-être essentiellement au fait que catholiques et protestants s’y côtoient dans un esprit œcuménique, ce qui est attesté par la présence simultanée d’un aûmonier catholique et d’un aûmonier protestant. Cette ouverture d’esprit a sûrement contribué à donner à Frédéric cet esprit curieux et tolérant qui le caractérisait.
 
Mais il quitte Sorèze en 1818 car malgré ses qualités intellectuelles sa famille ne fait pas pour lui le projet de le présenter au baccalauréat qui à l’époque ne va pas de soi et dont la famille du candidat doit en faire la demande écrite et la financer. Le grand-père de Frédéric a fait pour lui un autre choix de carrière, Pierre Bastiat (1742-1825), négociant et armateur, fils et gendre de négociants, père et beau-père de négociants, n’imagine pas d’autre avenir pour son petit-fils que le négoce.
 
À 17 ans, Frédéric entre comme commis dans la maison de commerce Monclar & Bastiat, dirigée à Bayonne par son oncle Henry Monclar (1766-1831), juriste de formation. Monclar est la tête pensante, « l’intellectuel théoricien du commerce »[7], il est le père de deux garçons qui sont de l’âge de Frédéric, il joue donc le rôle de mentor de Frédéric, d’autant plus que Justin Bastiat (1780-1862) tient la maison Bastiat & Monclar d’Espagne à Santander jusqu’en 1810 puis il réside à Bordeaux où il est actif en 1816, quant à Marc Dalbourg (1779-1841), ancien officier de marine, il se déplace entre Bayonne et l’Espagne, mais il n’est pas associé de la maison de commerce.
 
À quel négoce la maison Bastiat & Monclar s’adonne-t-elle et quelle importance occupe dans l’économie de son temps cette maison de commerce installée tardivement à Bayonne ? Michel Zylberberg répond à cette interrogation en la qualifiant de société modeste, établie en Espagne après 1795, filiale de Bastiat & Monclar de Bayonne. N’ayant pas de fort capitaux « elle ne jouissait que d’un second crédit sur la place[8] ». Or, l’économie bayonnaise reposait depuis toujours sur le commerce maritime et sur les échanges internationaux avec l’Espagne proche, même si les exportations de vins de Chalosse vers les Flandres et Amsterdam représentaient un rapport non négligeable.
 
Le 18e siècle avait été l’âge d’or du commerce avec l’Espagne, les produits transitant par Bayonne vers l’Espagne étaient les denrées coloniales comme le tabac, le sucre, le cacao, importés des Antilles par Bordeaux ou par Nantes, quant aux produits importés d’Espagne c’étaient bien sûr les fameuses laines Mérinos, des cuirs verts, c’est-à-dire bruts, ou tannés mais surtout les piastres et les métaux précieux importés de l’Empire espagnol qui passaient la frontière soit légalement soit en contrebande. Après l’essor économique dû au statut de port franc que le négoce bayonnais avait enfin obtenu en 1784[9], et qui provoqua un essor extraordinaire dans l’économie bayonnaise[10], le 24 janvier 1790, les Bayonnais votèrent la suppression de la zone franche comme étant un privilège hérité de l’Ancien Régime, ainsi à partir de la Révolution, le commerce bayonnais ne survit que grâce à l’armement en course, à la construction navale et au développement des relations économiques avec les colonies du Nouveau-Monde.
 
Sous la Terreur, les négociants étaient mal vus des Sans-Culottes et, dans un esprit républicain, Pierre Bastiat, armateur associé à Pierre Dufourg, écrivent en 1793 aux représentants du peuple « près les armées des Pyrénées occidentales », pour leur annoncer qu’ils offrent un navire baptisée la Corvette bayonnaise construite par leurs soins pour les besoins de la République[11]. Et l’année suivante, toujours dans un esprit républicain, Pierre Bastiat fait l’acquisition d’un bien national en Chalosse, le domaine de Sengresse avec les fonds (les terres) en dépendant et ses trois métairies situées à Souprosse et à Goûts, et c’est ainsi que Sengresse devient la maison de famille des Bastiat qui s’enracinent toujours plus fortement en Chalosse.
 
Pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire, même si le commerce colonial se fait beaucoup plus difficilement, il subsiste grâce à l’usage que les armateurs font des navires à pavillons neutres, espagnols, danois et américains, mais le blocus continental gêne considérablement les échanges commerciaux maritimes dont vivaient les négociants bayonnais et la maison Bastiat & Monclar qui nous intéresse aujourd’hui.
 
Les affaires sont rares et c’est en 1803 que Justin Bastiat s’associe à Cabarrus et se lance dans de vastes projets d’approvisionnement de céréales en Espagne avec Ouvrard. Gabriel Julien Ouvrard (Clisson 1770-Londres 1846) était le grand spécialiste des montages de société d’approvisionnement des armées. Après avoir été commis dans une maison de commerce nantaise, il avait fondé sa propre maison de commerce en 1788 et avait fait fortune en stockant des denrées de première nécessité et en les revendant à la hausse. Puis il se spécialise dans l’approvisionnement de la Marine jusqu’à l’an VIII et s’enrichit considérablement. Il traverse la Terreur sans encombre car la République a besoin de ces services, puis il gagne Paris où il approvisionne les armées du Directoire, sans cesse en guerre. C’est dans l’entourage de Barras qu’Ouvrard rencontra Thereza Cabarrus, fille de François Cabarrus, et c’est grâce aux Cabarrus qu’Ouvrard entre en relation avec le réseau des négociants bayonnais dont Justin Bastiat. En 1803, il propose une entreprise attractive à certains négociants bayonnais. Après deux années de mauvaises récoltes l’Espagne avait besoin d’être approvisionnée au plus vite en blé aussi le gouvernement espagnol avait simultanéement passé commande de céréales à la France et à l’Allemagne qui avait livré la cargaison commandée par le Danube et la Mer Noire. Par contre les céréales achetées par les négociants bayonnais devaient être livrées par les ports atlantiques et malheureusement, ces céréales furent retenues par les tracasseries administratives des douanes malgré les courriers pressants adressés à l’ambassadeur de France à Madrid[12] et devinrent invendables, car elles avaient germé, ce que déplorent les négociants bayonnais dont Justin Bastiat en 1805 est le porte-parole.
 
Par ailleurs la maison Bastiat & Monclar vendait des vins de Chalosse en Flandres et aux Pays-Bas et le blocus met fin à ce commerce. Et enfin, en 1808, dès le début de l’invasion des armées françaises en Espagne, « des marchandises [leur appartenant] (coton, indigo), qui transitaient de Lisbonne à Bayonne, ont été saisies à Badajoz[13] ».
 
Ces trois épisodes successifs entraînèrent de telles difficultés financières pour la maison Monclar & Bastiat qu’elle fait faillite. Monclar s’installe alors à Bayonne comme avocat tout en continuant ses activités de négociant et Justin gagne Bordeaux où il est répertorié comme négociant en 1816.
 
À Bordeaux, Justin Bastiat réitère l’achat de céréales et le 30 décembre 1816 il passe commande à la maison Imbert de Rochefort de 800 à 1 000 hectolitres de blé maïs et de lui expédier à Bayonne sur le lougre le Prosper. Malheureusement ce navire rencontre des vents contraires et les marchandises sont avariées comme le constate avec mécontentement Justin Bastiat à Bayonne le 10 avril 1817. Une procédure est lancée le 7 juillet 1817 et un règlement du contentieux entre les maisons Imbert de Rochefort et Bastiat de Bayonne intervient le 22 janvier 1818[14]. Puis Justin Bastiat commande des canons et des boulets à la maison Holagray de Bordeaux en 1819, mais la malchance le poursuit car « en janvier 1823 Justin Bastiat eut également son bâtiment et son chargement de cacao saisi et conduit comme prise à Bilbao[15] ».
 
Formation initiale de Frédéric Bastiat à Bayonne dans la maison Bastiat & Monclar
 
Depuis sa naissance Frédéric baigne dans le milieu négociant et il entend évoquer toutes les difficultés liées au blocus continental, déplorer le déclin du négoce bayonnais, aussi ai-je voulu vous décrire l’ambiance de la maison Bastiat & Monclar que Frédéric intègre comme commis en 1818. Que signifie le travail de commis dans une maison de commerce au début du 19e siècle ? C’est un stage d’apprentissage dans une maison de négoce familiale ou amie pendant lequel le jeune commis est initié à toutes les subtilités du commerce international, mais il commence par le plus ingrat : il commence par le travail qui est appelé « les écritures », il recopie inlassablement tous les courriers reçus et envoyés dans de grands registres appelés « brouillards » pour en garder trace – c’est l’ancêtre de nos photocopies – ces exercices visent à préparer le jeune négociant à sa future vie professionnelle, à le familiariser avec le vocabulaire et les tournures de phrase propres au négoce, à améliorer son écriture et son orthographe. Tous les jeunes commis connaissent la même formation et le programme proposé à Bayonne à la même époque par le cours de Lano de Guéhennec selon Pierre Hourmat[16] n’est pas différent :
« l’enseignement commercial de Lano de Guéhennec [est dispensé ] à partir de 1816… pour “l’instruction des jeunes gens commis négociant”, 1 quai Galuperie, maison Challet, prix de pension 900 F/an… [quel est son] programme : écriture, arithmétique commerciale, changes, arbitrages et courtages de banque, tenue de livres en partie double, confection des factures, comptes courants avec intérêt, comptes d’achat et de ventes, billets et lettres de change [enseignement fondé sur des] documents extraits de l’ancienne maison de commerce des frères Jean et François Guéhennec de Lano ».
 
Or la collaboration de Frédéric à la maison de commerce familiale ne se passe pas très bien. Frédéric multiplie les étourderies, il est plus porté à la réflexion qu’à l’action, et les innombrables heures de travail consacrées « aux écritures » l’ennuient et voici ce qu’écrit Frédéric le 12 septembre 1819, après un an de stage, à son ami Victor Calmètes :
 
« Nous nous trouvons, mon ami, dans le même cas : tous les deux nous sommes portés par goût à une étude autre que celle que le devoir nous ordonne ; à la différence que la philosophie, vers laquelle notre penchant nous entraîne, tient de plus près à l’état d’avocat qu’à celui de négociant.
 
Tu sais que je me destine au commerce. En entrant dans un comptoir, je m’imaginais que l’art du négociant était tout mécanique et que six mois suffisaient pour faire de moi un négociant. Dans ces dispositions, je ne crus pas nécesssaire de travailler beaucoup, et je me livrai particulièrement à l’étude de la philosophie et de la politique[17].
 
Depuis je me suis bien désabusé. J’ai reconnu que la science du commerce n’était pas renfermée dans les bornes de la routine. J’ai su que le bon négociant, outre la nature des marchandises sur lesquelles il trafique, le lieu d’où on les tire, les valeurs qu’il peut échanger, la tenue des livres, toutes choses que l’expérience et la routine peuvent en partie faire connaître, le bon négociant, dis-je, doit étudier les lois et approfondir l’économie politique, ce qui sort du domaine de la routine et exige une étude constante.
 
Ces réflexions me jetèrent dans une cruelle incertitude. Continuerais-je l’étude de la philosophie qui me plaît, ou m’enfoncerais-je dans les finances que je redoute ? Sacrifierais-je mon devoir à mon goût et, mon goût à mon devoir ?
 
Décidé à faire passer mon devoir avant tout, j’allais commencer mes études, quand je m’avisai de jeter un regard sur l’avenir. Je pesai la fortune que je pouvais espérer et, la mettant en balance avec mes besoins, je m’assurai que, pour peu que je fusse heureux au commerce, je pourrais, très jeune encore, me décharger du joug d’un travail inutile à mon bonheur. Tu connais mes goûts ; tu sais si, pouvant vivre heureux et tranquille, pour peu que ma fortune excède mes besoins, tu sais si, pendant les trois quarts de ma vie, j’irai m’imposer le fardeau d’un ennuyeux travail, pour posséder, le reste de ma vie, un superflu inutile.
 
... Te voilà donc bien convaincu que, dès que je pourrai avoir une certaine aisance, ce qui, j’espère, sera bientôt, j’abandonne les affaires. »
 
Quelles influences complémentaires s’exerçèrent sur Frédéric Bastiat ?
 
C’est pendant ce séjour bayonnais, qu’à partir de 1821 Frédéric Bastiat découvre la Franc-Maçonnerie et fréquente la loge La Zélée, dont son grand-père est membre depuis 1790[18], dont son père et ses oncles Monclar, Justin Bastiat et Marc Dalbourg, étaient déjà membres en 1792. La Franc-Maçonnerie était alors l’association de personnes instruites, de bonne moralité et compétentes dans leur domaine qui se réunissaient pour mettre en commun leur quête de la vérité, on a beaucoup écrit sur la Franc-Maçonnerie en stigmatisant son caractère de société secrète aux rites initiatiques codifiés. Au début du 19e siècle il était de bon ton d’appartenir à la Franc-Maçonnerie qui permettait de bénéficier d’un réseau de correspondants de négociants, d’officiers de marine et de notables sur tout le territoire national.
 
Qu’apporte la Franc-Maçonnerie à Frédéric Bastiat ? Tout d’abord, le plaisir du débat, de l’échange intellectuel, nous avons décelé de la nostalgie dans la lettre que Frédéric a écrite à son ami Victor Calmètes, les longues discussions avec ses condisciples lui manquent indiscutablement, il retrouve à la Zélée les échanges qui portent sur des sujets de société, d’actualité, une réflexion sur la société prise comme sujet d’études, et comme Frédéric est vif et entreprenant, il « en devient garde des sceaux dès 1822 et orateur en 1823[19] ». À la Zélée, Frédéric rencontre Bernard Lamaignère imprimeur[20] (Pau 1776-Bayonne 1842) qui effectue dans son imprimerie[21] toutes sortes de publications et maints ouvrages à caractère pédagogique, religieux, historique, ainsi que de nombreux mémoires adressés par des négociants à la Chambre de Commerce. Or, par sa belle-famille Bernard Lamaignère est proche du banquier Jacques Laffitte (1770-1844) qui a grandi lui aussi rue Maubec (actuelle rue du Trinquet), et Jacques Laffitte est bien connu pour sa fidélité à sa famille et à ses amis bayonnais. Autour de Bernard Lamaignère se retrouvent de nombreux jeunes gens amis de son fils Jean (1807-1847) comme Firmin Soustra (1797-1863), Édouard Lamaignère (1805-1861) et Frédéric Bastiat, en fait toute l’intelligentsia des jeunes Bayonnais passionnés par les idées libérales dont Laffitte est l’un des leaders charismatiques, l’autre en étant La Fayette, le mythique héros de tous les combats en faveur de la liberté.
 
Le mouvement libéral est né en Espagne où la constitution dite de Cadix, à caractère libéral, avait été imposée par Napoléon 1er en 1812 à Ferdinand VII qui l’avait dénoncée dès le 14 mai 1814 car il voulait restaurer la monarchie absolue et l’Inquisition. Un fort mécontentement était né dans l’opinion publique espagnole et avait gagné les territoires occupés par l’ancien empire français, puis carrément une partie de l’Europe qui réclame le retour ou l’accès aux libertés obtenues par les Français en 1789.
 
Que signifie libéralisme[22] dans ces années 1818-1820, qui sont celles de la jeunesse de Frédéric Bastiat ? Les Libéraux de 1820 sont attachés aux libertés qui étaient à l’origine de la Révolution française, ce que réclament les Libéraux c’est la garantie des libertés individuelles. Ce désir émerge dans toute l’Europe et donne naissance au parti du Mouvement qui, en France, soutient les aspirations des nations opprimées.
 
À la chute de l’Empire les Libéraux avaient fondé l’espoir que le gouvernement de Louis XVIII allait leur permettre de mettre en application les idées qu’ils avaient dissimulées sous l’Empire. Mais Louis XVIII est ambivalent, d’une part il a octroyé aux Français la Charte qui ressemble à une constitution mais cette charte ne satisfait pas l’opposition publique libérale qui la trouve insuffisante et qui réclame une véritable participation au gouvernement de la France. C’est le cas de Jacques Laffitte qui, à la fois banquier et député de la Seine, aspire à la fonction de ministre qui lui est refusée par Louis XVIII qui est très malade.
 
 Dans la perspective de la disparition prochaine de Louis XVIII (1755-1824), Jacques Laffitte prend du champ et programme un voyage dans le Sud-Ouest sous prétexte d’accompagner sa femme et sa fille prendre les eaux à Bagnères dans les Pyrénées. En septembre 1824, les voilà à Bayonne où Jacques Laffitte est reçu avec un très grand enthousiasme par ses concitoyens qui organisent, malgré le vif mécontentement du sous-préfet, un grand banquet en son honneur le 26 septembre, c’est l’acmé de son séjour. Y assistent tous les Libéraux de Bayonne et nombre de jeunes gens de cette intelligentsia citée précédemment font partie des invités.[23] Frédéric Bastiat en était-il ? Malheureusement rien ne l’atteste objectivement dans l’état actuel de mes recherches, mais c’est fort plausible car nombre de ses amis étaient présents.
 
En fait, même si sa vie bayonnaise lui prend beaucoup de temps, Frédéric n’a pas abandonné Sengresse où il se rend régulièrement voir son grand-père et sa tante. Le trajet est rapide car de nombreuses galupes[24] font la navette entre Bayonne et Mont de Marsan : parties de Mont-de-Marsan le matin elles arrivent au port de Bayonne le lendemain matin car elles voyagent de nuit avec des lumières. Le retour était beaucoup plus long, de deux à trois jours, car la lutte contre le courant requiert le halage tant par les hommes que par les bœufs[25].
 
1825 est une année de grands bouleversements, Pierre Bastiat meurt à 83 ans et comme ayant-droit de son père, Frédéric hérite d’une partie du domaine de Sengresse à Souprosse. Il s’implique alors beaucoup dans la gestion de ce domaine et se rend souvent à Mont de Marsan, à l’Académie agricole des Landes, pour y quérir des conseils éclairés, il « dévore tous les livres concernant cet art — l’agriculture — qui lui tombent sous la main[26] ». Il quitte alors le négoce maritime pour la vie de gentleman-farmer en Chalosse et sort de notre étude.
 
En définitive, Frédéric Bastiat paraît être le pur produit du milieu négociant du début du 19e siècle, partisan de la liberté du commerce et dénonciateur de ce protectionnisme que dix années de blocus continental avaient renforcé.
Les difficultés, pour ne pas dire les échecs, de la maison de commerce Bastiat & Monclar, l’ont amené à réfléchir aux interférences entre savoir-faire négociant et facteurs externes incontrôlables. La Franc-Maçonnerie lui a ouvert l’esprit en le mettant en relation avec les acteurs de la vie économique de Bayonne, il est ainsi en phase avec son époque et sa génération.
 Sa rencontre avec Jacques Laffitte, l’un des hommes politiques les plus influents de la Restauration, lui fait découvrir les idées libérales porteuses d’espoir en l’avenir des peuples.
 
 Ce sont toutes ces influences harmonieusement conjuguées qui nourrirent sa réflexion et son œuvre à venir.

[1] Voir la bibliographie publiée par le Cercle Frédéric Bastiat.
[2] Internet : Liste des électeurs bayonnais en 1785, Hector Iglesias, Eikaïana, Revue d’Etudes Basques, 1er trimestre 2003.
[3] AD 64 Pôle d’Archives de Bayonne CC 119 Capitation de 1781.
[4] AD 40 1 Q 88 PV de vente aux enchères des biens nationaux du District de Tartas [confisqués aux Béthune Charrost, héritiers du marquis de Poyanne, propriétaire de terres situées à Souprosse] : 21 prairial an III [9 juin 1795] achat par Bastiat de Bayonne de la seigneurie de Sengresse en assignats.
[5] René Cuzacq La vie landaise et bayonnaise de Frédéric Bastiat, Dax 1953, p. 6.
[6] « Cent-cinquantenaire de la naissance et centenaire du décès de F. Bastiat », Société de Borda, René Cuzacq, p. 40.
[7] Actes du Congrès de Bayonne des 13 et 14 octobre 1995, SSLA de Bayonne, Jean Crouzet, p. 125.
 
[8] Michel Zylberberg Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, p. 483-503, Paris, 1993.
[9] Actes du Congrès de Bayonne des 13 et 14 octobre 1995, SSLA de Bayonne, Jean Crouzet, p. 121-122.
[10] Jean Crouzet Bayonne entre l’équerre et le compas, p. 122.
[11] AD 64 Pôle d’Archives de Bayonne : Répertoire numérique détaillé des Archives Modernes de la Commune de Bayonne 1790-1940 : 3 O 2. Cette corvette fit naufrage le 28/11/1803 au large du Cap Finistere (près de la Corogne) en rentrant des Antilles, source Internet.
[12] CADN Archives consulaires : 396/PO/A/189 (Chancellerie de Madrid), 16 messidor an 16 (5 juillet 1805).
[13] Actes du Congrès de Bayonne des 13 et 14 octobre 1995, SSLA de Bayonne, P. Hourmat, J-Cl. Dejean p. 12.
[14] Internet Journal des Avoués vol. 22 : 22 janvier 1818.
[15] Michel Zylberberg Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, p. 407.
[16] Pierre Hourmat « Histoire de Bayonne tome IV La Restauration 1814-1830 Première partie » SSLA N° 152, p. 323-326.
[17] Cette phrase traduit une grande nostalgie des études supérieures qui auraient si bien convenu à Frédéric.
[18] J. Crouzet, Ibidem, p. 74.
[19] Actes du Congrès de Bayonne des 13 et 14 octobre 1995, SSLA de Bayonne, J, P. Hourmat et J-Cl Paul-Dejean, Chronologie de la vie et des œuvres de Frédéric Bastiat, p. 2.
[20] L’imprimeur exerce aussi le métier d’éditeur à cette époque.
[21] AN Liste générale des brevets de l’Imprimerie et de la Librairie, 2003 : Pierre [Bernard] Lamaignère reçoit son brevet d’imprimeur en lettres le 20 juillet 1811, n° 787.
[22] Mot inspiré des Cortès liberales qui voulaient imposer le respect de la constitution de Cadix datant de 1812 à Ferdinand VII, qu’il avait ratifié à cette date, mais voulait rétablir la monarchie absolue et l’Inquisition dès le 14 mai 1814.
[23] Maurice Brun Le banquier Laffitte 1767-1844, p. 255, et Pierre Hourmat Histoire de Bayonne, tome IV 2ème partie, p. 22-24.
[24] Sorte de gabarre.
[25] Lacrouts Ch. « Tartas au temps des gabares », Société de Borda, 2009.
[26] « Cent-cinquantenaire de la naissance et centenaire du décès de F. Bastiat », Société de Borda, R. Soubaigné, p. 10.