Cercle Frédéric Bastiat

2016-09-25 05:24:14

Sécurité sociale : l’indispensable réforme

Dîner débat le 24 mars 2014 hôtel Mercure Château Chartrons, 81, cours St Louis, Bordeaux

, par Patrick de Casanove

L’association Femmes et Libertés Bordeaux-Aquitaine organise un dîner débat.
Le sujet est « Sécurité sociale : l’indispensable réforme ».
Le conférencier est le Docteur Patrick de Casanove, Président du Cercle Frédéric Bastiat, auteur de Sécu, comment faire mieux.

Depuis toujours des hommes ont soigné d’autres hommes. Pour rester en Europe Neandertal soignait les siens, les Celtes, les Gaulois, les Romains etc. en faisaient de même. Ce qui a manqué pendant des millénaires ce sont les moyens thérapeutiques au sens large.
En ce qui concerne la prise en charge des soins, immédiatement avant création de la Sécu, existaient : la prévoyance, les solidarités familiales, la charité, les assurances, les contrats de particulier à particulier, y compris patient-médecin, les sociétés de secours mutuel.
La Sécu actuelle est née des ordonnances de 1945. C’est de ce moment que date la nationalisation, l’étatisation de la Sécu. C’est une erreur de croire que l’étatisation date des ordonnances Juppé de 1996. C’est une erreur de croire qu’avant ces ordonnances la Sécu constituait un modèle d’équilibre, de pondération et d’harmonie.
Cela fait des décennies que le système de santé français a des problèmes de dette et de déficit chronique. Force est de constater qu’un pays aussi évolué que la France n’arrive pas à sortir du gouffre son système de protection sociale. Les gouvernements successifs veulent toujours et en premier lieu sauver la Sécu. Mieux soigner la personne est seulement l’alibi au sauvetage. C’est significatif.
Les faits démentent l’amélioration des prises en charge des besoins sanitaires des Français. Les mesures mises en œuvre sont toujours les mêmes. En ce qui concerne tous les Français ce sont augmentation des prélèvements, impôts et cotisations, baisse des remboursements. Inexorablement la Sécu se concentre sur le gros risque et délaisse les (de moins en moins) petits risques. En ce qui concerne spécifiquement les médecins et les autres professionnels, ce sont augmentation des contraintes réglementaires et administratives, destructions des libertés professionnelles, blocage des rémunérations.
De fait la Sécu se réduit à gérer la pénurie qu’elle induit.
Les problèmes ont surgi dès sa création, le ministre des Affaires sociales d’Antoine Pinay, M. Gazier, doit dès 1957 légiférer pour maîtriser les dépenses de santé. De 1967à 2004 se sont succédé 21 plans de redressement. Tous ont été des échecs. Depuis 2004 on ne les compte plus ! Il ne se passe pas un an sans que de nouvelles mesures soient prises. Les dernières en date sont regroupées au sein de la Loi santé de Marisol Touraine actuellement en projet. Si cette loi était adoptée elle mettrait fin au secret médical et achèverait l’étatisation de système de santé français. Il est certain que non seulement les problèmes récurrents de la Sécu ne seront résolu mais que la situation sanitaire des Français en sera aggravée.
La véritable solution est le retour au colloque singulier sans intervention d’un tiers, État ou autre. Cela ne peut se faire que par la fin du monopole, le libre choix et des liens contractuels, quand c’est nécessaire, entre les différents intervenants, chacun dans son rôle. La véritable solution est de rendre aux gens la responsabilité de leur vie et les moyens de la conduire.

Bulletin d’inscription ci-dessous.

PDF - 170.9 ko