Cercle Frédéric Bastiat

2017-04-25 07:53:25

" Contre-terrorisme : action et résilience".

Dîner débat du 10 décembre 2016, hôtel Sourcéo à Saint-Paul-Lès-Dax, accueil à 19h30.

, par Patrick de Casanove

Le Cercle Frédéric Bastiat

Serait honoré par votre participation au dîner débat qui aura lieu

Le samedi 10 décembre à 19h30

A l’hôtel Sourcéo, à Saint-Paul-Lès-Dax

Le dîner débat sera animé par

Monsieur Jean-Samuel BARRIA

sur le thème

" Contre-terrorisme : action et résilience".

Prière de vous inscrire dès que possible en utilisant le bulletin réponse ci-joint

Comme d’autres nations occidentales la France doit faire face depuis plus d’une décennie à une menace qui s’est transformée depuis deux ans maintenant en attaques directes. Cette menace terroriste a pour objectif de déstabiliser une société entière. Les Etats et les populations doivent faire face. Ils doivent savoir encaisser les coups et répondre le plus efficacement possible pour, au-delà de l’objectif plutôt lointain et abstrait d’une victoire à court terme, « être et durer » dans la lutte qui leur est imposée. Tout combat suppose de bien connaître son ennemi, de bien en cerner le moteur, le mode de fonctionnement, les moyens, les objectifs. L’analyse et la maîtrise des composantes de l’action terroriste est indissociable de la lutte anti-antiterroriste. Au cœur de cette lutte, demeure le renseignement. Incontournable et indispensable, précieux et décisif, dans un conflit classique comme asymétrique, il est vieux comme la guerre malgré ses drones et ses ordinateurs.

L’antiterrorisme est le fait des états attaqués qui doivent riposter loin au-delà de leurs frontières aussi bien que sur le territoire national. Les forces armées sont engagées dans de nombreuses opérations de contre-terrorisme, de contre-insurrection et de stabilisation. Ces actions revêtent plusieurs aspects, derrière lesquels de plus en plus se profile le visage pluriséculaire du citoyen armé qui défend la nation. Pour encaisser les coups dont malheureusement les plus récents ne seront sûrement pas les derniers, pour durer dans l’adversité dans laquelle nous sommes entrés, il est un concept incontournable aux sociétés agressées, au-delà de l’action officielle des états, des gouvernements, des politiques et des militaires qui leur sont subordonnés. Ce concept est d’ailleurs commun à ces derniers et à la société civile dont ils sont au demeurant issus, il s’appelle la résilience.

Apparu en 2008 dans le livre blanc sur la défense le concept de résilience était jusque-là cantonné au monde anglo-saxon des études stratégiques. La définition française plutôt large, qui la présentait comme la volonté d’un pays à résister aux conséquences des événements graves puis à revenir rapidement à la normale, n’est pas celle des experts britanniques, pour qui elle est plus laconiquement la capacité d’une société à encaisser les conséquences d’une crise majeure. En fait l’idée de résilience diffère selon les cultures stratégiques et les théories utilisées. Terme complexe, la résilience intègre la cohésion sociale, l’intégration, les médias, la « culture de la peur » et les mesures sécuritaires, la culture générale et l’enseignement. Elle est donc dynamique au milieu du tourment.
Quoi qu’il en soit la résilience individuelle, c’est-à-dire la capacité du citoyen à durer dans l’adversité générée par une crise majeure, à accepter pour une durée indéterminée « du sang et des larmes », est le dernier rempart de la nation.

Jean-Samuel BARRIA est né le 29 juillet 1966 à Bayonne. Marié et père de deux enfants il est professeur certifié d’occitan /histoire-géographie-enseignement moral et civique, au collège de Saint Martin de Seignanx. Il est lieutenant-colonel de réserve des Commandos de l’Air et sert sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan au titre de la réserve opérationnelle de l’Armée de l’Air. Il y participe à la formation des officiers. Il est auditeur de l’ Institut des hautes études de défense nationale. Il est chevalier des Palmes académiques et chevalier de l’ordre national du Mérite.

Ci-joint le bulletin d’inscription.
Pour tout renseignement complémentaire, www.bastiat.net.
Pour contacter le Cercle à :cercle.bastiat chez gmail.com ou au 05 59 45 36 47.

PDF - 226.6 ko
Coupon réponse dîner débat 10 décembre 2016

Pour devenir membre du cercle, il suffit d’envoyer au Cercle Frédéric Bastiat , 40440 Ondres, un chèque de 30 € par famille pour l’adhésion simple et 50 € pour l’adhésion de soutien, 100 € adhésion de soutien à l’ordre du Cercle Frédéric Bastiat. On peut aussi s’inscrire par e-mail. Les modalités (très simples) sont indiquées sur le site Internet du Cercle, www.bastiat.net. Il n’est pas nécessaire d’être membre du cercle pour assister à ses dîners-débats.