Cercle Frédéric Bastiat

2016-09-30 09:44:51

Histoire du Cercle

J’ai découvert Frédéric Bastiat en 1983, lors d"une rencontre avec des américains au sein de l’ALEPS (Association pour la Liberté Économique et le Progrès Social). L’enthousiasme qu’ils avaient pour lui, plus le fait qu’il était Landais attirèrent ma curiosité. J’ai donc cherché à mieux le connaître, ce qui ne fut pas si facile, car dans notre pays, son œuvre était épuisée et il était tombé dans l’oubli. En 1989, devant la statue de Bastiat à Mugron, je demandai aux dix premiers passants qui était le personnage de la statue, et quatre seulement purent me répondre !

Alors en 1990, avec l’aide d’Aline Lalanne, aujourd’hui maire de Saint-Loubouer, j’ai fondé le Cercle Frédéric Bastiat, afin de "perpétuer la mémoire de Frédéric Bastiat, et de propager sa philosophie de liberté, d’initiative, et de responsabilité individuelles" (article 2 des statuts).

Pour satisfaire le premier objectif, j’ai écrit de très nombreux articles, notamment dans Sud-Ouest (feuilleton de 12 articles), Clarté, la revue du diocèse (4 articles sur Bastiat et la religion), Gascogne (2 articles) , le bulletin de la Société de Borda (société historique des Landes), les annales de la Société des Sciences, Arts et Lettres de Bayonne, mais aussi La Jaune et la Rouge (revue des anciens élèves de l’École Polytechnique), Le Rotarien, "Liberté Économique et Progrès Social" et Le Journal des Economistes ; j’ai fait de très nombreuses conférences, notamment à Bayonne (deux fois), à Dax (deux fois), à Saint-Sever, Aire sur l’Adour, Mugron (deux fois), mais aussi à Paris, en Tchécoslovaquie, en Angleterre, aux Etats-Unis et au Canada. En 1999, avec l’aide de François-René Rideau, le Cercle a créé un site sur internet www.bastiat.net qui a vocation à devenir une véritable encyclopédie sur Bastiat.

Le premier objectif a été atteint : il n’y a presque plus personne, aujourd’hui, dans les Landes, qui ne sache qui était Frédéric Bastiat.

Pour satisfaire le deuxième objectif, le Cercle Frédéric Bastiat a organisé jusqu’ici 7 forums à Mont-de-Marsan, mais surtout 70 dîners-débats sur des sujets de société, d’abord à Saint-Sever, animés par des conférenciers de classe internationale. Environ 300 personnes au total sont venues une ou plusieurs fois à ces manifestations, dont la presse locale a chaque fois parlé.

En 2001, pour le bicentenaire de la naissance de Bastiat, le Cercle a organisé un colloque de cinq jours qui a attiré 200 personnes en provenance de 30 pays. Le congrès a été ouvert à Mugron par M. Emmanuelli, président du Conseil Général, conseiller général de Mugron, et d’une certaine façon successeur de Bastiat à l’Assemblée Nationale. Le dîner de clôture était présidé par Alain Madelin, un grand connaisseur de Frédéric Bastiat. Ce fut la seule fois où des hommes de pouvoir assistèrent à une manifestation du Cercle.

Le Cercle est entièrement indépendant des partis et du pouvoir. Il se flatte de ne recevoir aucune subvention. Il ne critique ni ne loue aucun parti ni aucun homme politique en particulier. Mais comme ses dîners-débats permettent de s’informer sur tous les sujets importants de société, avec les meilleurs spécialistes, et sans y consacrer beaucoup de temps, nous pensions naïvement qu’ils constitueraient une mine d’or pour les hommes politiques surmenés et avides de savoir. Nous en avons invité beaucoup, de toutes tendances. Ils ne sont jamais venus ! En revanche le Cercle a accueilli plus d’une fois des personnes de la société civile qui ne partageaient pas sa philosophie libérale. Ils semblent avoir pris plaisir à la soirée.

Jacques de Guenin