LE FASCISME  Fils spirituel du socialisme

Pour un homme de gauche, il n’est pire injure que « Fasciste !! ». Pourtant le fascisme est une émanation directe du socialisme. De plus il a voulu mettre ses pas dans ceux de la Révolution Française. En 1914, des intellectuels et militants italiens favorables à l’entrée en guerre de l’Italie signent un manifeste au nom du Faisceau Révolutionnaire d’Action Internationaliste, soutenu par le Parti Socialiste Italien.

  • 0
  • 36

LE FASCISME 



Fils spirituel du socialisme



Pour un homme de gauche, il n’est pire injure que « Fasciste !! ».



Pourtant le fascisme est une émanation directe du socialisme. De plus il a voulu mettre ses pas dans ceux de la Révolution Française.



En 1914, des intellectuels et militants italiens favorables à l’entrée en guerre de l’Italie signent un manifeste au nom du Faisceau Révolutionnaire d’Action Internationaliste, soutenu par le Parti Socialiste Italien.



Le mouvement est repris en 1919 par Benito Mussolini sous l’appellation de Faisceaux de Combat (Fasci di Combattimento), qui seront l’embryon du Parti Fasciste. (Partito Nazionale Fascista).



Mussolini est appelé au pouvoir par le roi Victor Emmanuel III en octobre 1922 après sa marche sur Rome, qui marque le début de l’ère fasciste.



L’un des aspects socialisants du fascisme tient à la structure de la langue italienne.



Pour s’adresser à autrui, en français, nous avons « tu «  et « vous ».



L’italien a également « tu » et « voi ». Mais la manière la plus courante de s’adresser à quelqu’un est de le faire de façon déférente, à la troisième personne, en utilisant « lei », le pronom féminin « elle » qui remplace «sua  signoria » (votre seigneurie).



Par exemple : « Lei mi fa tanto piacere » « Vous me faites tellement plaisir»



Littéralement : « Votre seigneurie me fait tellement plaisir»



Dès la fin des années 1920 les fascistes considérèrent que l’usage du « lei » était la marque d’une société de classe, bourgeoise, et contraire à l’idéal socialisant du parti.



L’usage du « lei » fut donc interdit par la loi. On vit fleurir, dans les lieux publics, dans les bus, les trams, etc.. des affichettes avec la mention «  è proibito il lei » (le lei est interdit).



C’ était la reproduction de ce qu’avaient fait les révolutionnaires français en imposant l’usage de « citoyen » à la place de « monsieur », et le tutoiement obligatoire.



Dans l’exemple précédent, la loi fasciste imposait de dire : « Voi mi fate tanto piacere. »



Les révolutionnaires français avaient aussi changé le calendrier et comptaient les années à partir de septembre 1792, date de la fondation de la République.



Les fascistes ne pouvaient pas se couper du monde avec un nouveau calendrier.



Mais ils imposèrent de faire figurer en chiffres romains, à côté de l’année en cours, le nombre d’années écoulées depuis 1922, an I de l’ère fasciste. Ainsi 1938 s’écrivait : 1938 – XVII.



George Orwell a montré dans 1984 avec sa « novlangue », la puissance de la langue sur les mentalités : Contrôler la parole pour conditionner l’esprit.



C’est pourquoi le discours de gauche répète que le fascisme est un mouvement d’extrême droite, et se garde bien de rappeler sa filiation coupable avec le socialisme !!



Raymond Croella Hommage très tardif à mon professeur d’italien (1947 - 52)





Passez de la parole aux actes : faites progresser le libéralisme en France avec le Cercle Frédéric Bastiat



Pour garder son indépendance, le Cercle Frédéric Bastiat ne reçoit aucune subvention. Il ne vit que de vos adhésions et dons. Aidez-nous à populariser les idées libérales. Vous avez 3 façons concrètes de soutenir le Cercle : vous abonner à la revue « Lumières Landaises », adhérer au Cercle, ou donner. Passer à l'action pour faire progresser le libéralisme en France avec le Cercle Frédéric Bastiat

Article précédent Un tryptique intenable
Article suivant Et si la Grande Mosquée de Paris s’appelait demain « Mosquée Marie mère de Jésus ? »
Articles connexes
Commentaires 0
Laisser un commentaire