Loading...
Billet du président

La relation Europe-monde arabe, relation d’États et d’individus.

La relation Europe-monde arabe, relation d’États et d’individus.

Les relations étatiques entre la France et le monde arabe ont depuis des décennies une grande importance à la fois au plan intérieur et extérieur. Au XXème siècle des événements majeurs les ont modelées. Il faut citer : la guerre d’Algérie, la Guerre des six jours, l’ouverture de la France à l’immigration, le premier choc pétrolier qui suivit la guerre du Kippour. Ce que l’on appelle le « monde arabe » n’est pas uniforme. Si au point de vu religieux il est presque en totalité musulman, il n’est pas homogène au point de vu politique, ni au point de vue ethnique. Dans certains pays aujourd’hui arabes, les Berbères ont plus ou moins réussi, à préserver leur identité.

Yves Montenay, dans la présentation de sa conférence distingue trois courants dans la vision du monde arabe : l’érudit, l’hostile et le paternaliste.

Il me semble intéressant d’aborder ici la vision libérale. Cette vision est importante. Elle ne concerne pas spécifiquement les Arabes. Elle s’applique à n’importe quel être humain. Ses fondements sont les Droits naturels (Liberté, Propriété, Personnalité) et l’action humaine. Ce ne sont pas les états qui échangent mais les individus. L’échange libre entre les individus est le facteur de prospérité et d’harmonie entre les Hommes. À ce propos tout le monde devrait connaître la vidéo du crayon, ou Milton Friedman, prix Nobel d’économie en 1976 explique merveilleusement le marché libre

Hélas depuis longtemps la relation entre les gens a été étatisée.
C’est valable à l’intérieur. Par exemple il n’existe plus de travail libre en France depuis les ordonnances de 45 qui ont étatisé, entre autres, l’échange de services par le travail.
C’est valable à l’extérieur. Par exemple on parle de balance commerciale en économie ou de relation Euro-arabe ou Franco-arabe en politique. Ce sont des facilités de langage admises mais trompeuses.

Cette étatisation des relations humaines a des conséquences pour les populations. Les politiciens peuvent organiser le monde sur leur dos, sans qu’elles n’en sachent rien. Elles en subissent les conséquences sans en comprendre le fait générateur. Prenons un exemple en rapport avec les relations Europe-monde arabe. Dans le chapitre Cap sur Eurabia de son livre « Le face-à-face islam chrétienté. Quel destin pour l’Europe ? » Claude Sicard écrit ceci : « L’Europe a pris pour option de s’ouvrir au monde islamique, estimant que cette orientation stratégique conforme à sa philosophie est de nature à servir ses intérêts, tant au plan économique que politique. Le France joua un rôle déterminant dans cette affaire. Débarrassé du fardeau algérien le général de Gaulle entreprit en effet à partir des années 1962, d’orienter la politique extérieure de la France en direction du monde arabe. (…) l’objectif poursuivi par de Gaulle était de parvenir à rapprocher durablement l’Europe des pays arabo islamiques (…) La France (…) devint la cheville ouvrière de ce que l’on a appelé « Le Dialogue Euro Arabe » » S’en suivent plusieurs pages décrivant la construction chronologique de ce fameux DEA. Ses résultats ont façonné la France d’aujourd’hui.

Dans ce débat concernant la relation Europe-monde arabe il n’est pas possible de faire l’impasse sur l’islam.

Frédéric Bastiat écrit : « Pour moi, je pense que lorsque le pouvoir a garanti à chacun le libre exercice et le produit de ses facultés, réprimé l’abus qu’on en peut faire, maintenu l’ordre, assuré l’indépendance nationale et exécuté certains travaux d’utilité publique au-dessus des forces individuelles, il a rempli à peu près toute sa tâche.
En dehors de cercle, religion, éducation, association, travail, échanges, tout appartient au domaine de l’activité privée, sous l’œil de l’autorité publique, qui ne doit avoir qu’une mission de surveillance et de répression. » À MM. les électeurs de l’arrondissement de Saint-Sever 1846.
Or l’islam est plus qu’une religion. Il est un aussi projet politique qui vise à prendre le pouvoir, soumettre et façonner le monde. C’est un outil parfait pour les Hommes de l’État qui font fi de l’action humaine. Or c’est précisément à l’action humaine qu’il faut revenir. Pour Bastiat, tous les êtres humains ont les mêmes aspirations, quelles que soient leurs croyances. L’immense majorité des Hommes ne demandent qu’à vivre en paix et en harmonie. « Se conserver, se développer, c’est l’aspiration commune à tous les hommes, de telle sorte que si chacun jouissait du libre exercice de ses facultés et de la libre disposition de leurs produits, le progrès social serait incessant, ininterrompu, infaillible. » Frédéric Bastiat La Loi (1850)
Le monde arabe est très présent dans l’actualité française. C’est pourquoi le Cercle a trouvé utile d’inviter Yves Montenay à animer un dîner débat pour porter un « Regard lucide sur la relation Europe-monde arabe aujourd’hui ». Venez l’écouter.

Patrick de Casanove
Président du Cercle Frédéric Bastiat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.