Loading...
Billet du président

Présentation de l’Afrique en quelques chiffres.

Nous sommes séparés de l’Afrique par la Méditerranée. L’Afrique compte 54 pays aux profils et performances économiques très différents. Une partie significative de la population de notre pays a une origine africaine. En France parler de l’Afrique aujourd’hui se fait souvent dans un climat passionnel. On ne peut se pencher sur le sujet sans que soit évoquée la colonisation, qu’il est politiquement correct de présenter comme néfaste pour ce continent. Puis vient le « pillage » de l’Afrique par des puissances extérieures. L’Afrique reste donc un sujet sensible et générateur d’émotions. Pour avoir une idée plus objective de la situation voici quelques données chiffrées.

Commençons par la liberté économique étudiée par Heritage Foudation. La Liberté économique ne quantifie pas seulement « l’économie » au sens usuel, mais aussi la capacité des individus à choisir librement leur vie. Les pays économiquement libres ont un indice de liberté économique d’au moins 80, les pays plutôt économiquement libres s’étagent entre 70 et 79,9, les pays modérément libres économiquement se classent entre 60 et 69,9. La France est 71ème mondial avec une note de 63,9. Selon l’Index of economic freedom 2018 les pays africains les plus libres sont l’Île Maurice 21ème mondial avec 75,1, le Botswana 35ème avec 69,9 et le Rwanda 39ème avec 69,1. L’Afrique du Sud 77ème avec 63, le Maroc 86ème avec 61,9 ont des niveaux proches de la France.

Considérons maintenant le PIB. En 2016 le premier pays africain et 27ème mondial est le Nigeria avec 404,65 milliards $, puis l’Égypte 32ème avec 332,79 milliards $ et l’Afrique du Sud 40ème avec 295,46 milliards $,
En 2016 le PIB de l’Afrique du Nord et Moyen Orient était de 3144, 8 milliards $, celui de l’Afrique Subsaharienne de 1512,9 milliards $,
Le PIB de la France en 2016 se montait à 2465 milliards $

Voyons la croissance « Dans l’édition 2018 de leur publication phare, les économistes de la BAD (Banque Africaine de Développement) tablent sur une croissance du Produit intérieur brut de l’Afrique de 4,1% pour l’année en cours. Elle était tombée à 3,6% en 2017 et 2,2% en 2016. Les prévisions de l’institution panafricaine se révèlent être nettement supérieures aux projections plus prudentes de la Banque mondiale qui, elle, prévoit une croissance moyenne de 3,2% pour le continent pour 2018. » . Six des dix pays à la plus forte croissance en 2018 sont africains : le Ghana : 8,3%, l’ Éthiopie : 8,2%, la Côte d’ivoire : 7,2%, Djibouti : 7%, le Sénagal : 6,9%, la Tanzani : 6,8%

Regardons la corruption selon le Rapport 2017 de Transparency International. « Dans son classement, l’Afrique subsaharienne avec un score moyen de 32 a été considérée comme la moins performante en matière de lutte contre la corruption. (…). En Afrique, le Botswana vient en tête. Il occupe le 34ème rang mondial avec 61 au score. Suivent les Seychelles, le Cap-Vert, le Rwanda et la Namibie. Au bas de l’échelle se trouvent les deux Soudan et la Somalie. Ces trois pays sont les plus corrompus du monde. » . Pour info la France est 23ème sur 180 avec un score de 70/100

Penchons nous sur les religions. Sur l’ensemble de l’Afrique il y a à peu près autant de chrétiens que de musulmans. Les chrétiens ont quasiment disparu d’Afrique du Nord.

Examinons la démographie. « Comptant 1,2 milliard d’habitants en 2017, le continent devrait avoisiner les 2,5 milliards en 2050. Sa population « pourrait quadrupler pour atteindre 4,4 milliards en 2100, ceci, malgré le sida ». Alors qu’un homme sur six vit aujourd’hui en Afrique, plus d’un sur trois y vivrait dans un siècle. »

Terminons par les conflits. Quand on regarde une carte des conflits dans le monde l’immense majorité a lieu en Afrique et en Asie. Pour n’en citer que quelques conflits africains : conflits au Sahel et dans le bassin du Tchad, en République démocratique du Congo, au Soudan du Sud, en Libye, en Égypte au Sinaï, en Somalie. Nous n’oublierons pas l’Afrique du Sud où les fermiers Blancs sont massacrés dans l’indifférence générale.

La France et l’Europe sont concernées par la situation africaine et son évolution. Certains points sont particulièrement aigus : démographie, islam, conflits. La France est-elle prête ? Appréhende t-elle correctement les problèmes ? Jean-Paul Gourevitch nous fera part de ses analyse, nous fera partager ses connaissances et donnera un éclairage récent sur l’Afrique et ses relations avec le « Vieux continent ». Venez assister à sa conférence. 

Patrick de Casanove
Président du Cercle Frédéric Bastiat
19 avril 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *