Loading...

Étiquette : Communisme

l’écologisme : les manipulations écologiques :

leur projet est sans conteste : il s’agit de réduire l’humanité à une fraction infime de ce qu’elle est. Telle était la préconisation de Hans Jonas, probablement le théoricien écologiste le plus influent du XXe siècle, telle est aujourd’hui la préconisation de la plupart des intellectuels et militants écologistes, cohérents avec leurs axiomes théoriques. Se débarrasser des neuf-dixième de l’humanité… Comment ? C’est un aspect du programme sur lequel les idéologues restent la plupart fort discrets. Pas tous. Mentionnons Paul Ehrlich, probablement l’écologiste américain le plus lu depuis les années soixante, auteur de la Bombe P (comme population) — les écologistes ne parlaient pas encore de CO2, seulement de surpopulation — qui préconisait de stériliser de force les populations qui se reproduisent “comme des lapins” (sic), expression raciste et méprisante qui visait les Indiens et les Pakistanais. Si la vasectomie massive ne suffit pas, poursuit doctement le Dr. Ehrlich, alors il faudra déverser des substances stérilisantes dans l’eau potable. Telle serait la “solution finale” — l’expression est de Hans Jonas, dans une interview au Spiegel en 1992 — au “problème écologique”.
L’écologisme est une idéologie totalitaire au sens strict, plus radicale dans ses prétentions humanicides qu’aucune de ses devancières.

Monsieur Hulot au pays des Soviets !

Pour Lénine, tous les moyens sont bons pour que la critique du capitalisme et l’avènement du communisme, tels que proposés par Marx, soient suivis d’effet. Au prix de la terreur et la violence, il faut se débarrasser des classes qui « exploitent le peuple » et instaurer la dictature du prolétariat. Il faut, d’abord, faire table rase du passé et planifier la nouvelle « société socialiste multilatéralement développée ». Ce que veut Lénine en 1917, c’est un nouveau monde qui serait, forcément, le « paradis sur terre » pour le peuple. Ces belles promesses ont entraîné des événements parmi les plus tragiques de l’Histoire et, pourtant elles font toujours rêver. C’est le cas, entre autres, de l’ancien ministre Nicolas Hulot qui, depuis qu’il a quitté ses fonctions, semble avoir passé la plus grande partie de son temps à potasser les classiques du totalitarisme.

Quand le Vatican se perd entre morale et économie

Un nouveau texte vient d’être publié, ce 17 mai 2018, par le Vatican avec la pleine approbation du Pape François : Oeconomicae et pecuniariae quaestiones, Considérations pour un discernement éthique sur certains aspects du système économique et financier actuel. Ce document, ci-après le Document, conçu par le dicastère pour le développement humain intégral et la Congrégation pour la doctrine de la [ … ]

Programme du 9ème Weekend de la Liberté

Programme WEL9 Du vendredi 21 septembre 2018 à 12h au dimanche 23 septembre 2018 à 12h Hôtel Sourcéo à Saint-Paul-Lès-Dax « Considérations sur la nature et les causes de la richesse des nations » Avec le concours de : (Par ordre alphabétique) L’ALEPS, L’ASAF, Contrepoints, L’Institut COPPET, L’École de la Liberté, l’IREF et SFL Vendredi 21 septembre : 12h buffet 13h30 Conférence : « La culture comme [ … ]

L’AVENIR D’UNE ILLUSION

par Thierry Foucart Les opinions politiques extrêmes ne sont plus marginales en France, ni d’ailleurs dans les autres pays démocratiques, au plan statistique : la France Insoumise et le Front national ont recueillis à eux deux plus de 40% des voix aux élections présidentielles. Leur succès relatif est évidemment l’échec des partis modérés traditionnels. Cette situation inédite pose des questions fondamentales [ … ]

CHE GUEVARA : DU MYTHE À LA RÉALITÉ

  Par Thierry Foucart De nombreuses personnalités reprochent à Anne Hidalgo, maire de Paris, d’avoir financé sur des fonds publics une exposition à la gloire de Guevara qu’elles considèrent comme un révolutionnaire sanguinaire. La réponse d’Anne Hidalgo est qu’objectivement, il y a un mythe Guevara, qu’il est une « icône militante et romantique », et que le sujet de l’exposition n’est que [ … ]

Vers la fin de la catastrophe castriste ?

En 2009, j’avais écrit « Pourquoi le Vietnam progresse et Cuba s’enfonce » : j’y décrivais un « ancien régime » cubain et sud-vietnamien loin des caricatures répandues par les communistes, la profonde régression générée ces deux « révolutions » puis les étapes de la libéralisation pareille de l’économie vietnamienne et les grands progrès qu’elle avait engendré, tandis que Cuba [ … ]