Loading...

Étiquette : Monnaie

Histoire de l’économie mondiale 2

La croissance, c’est du progrès technique et du travail. Le progrès technique en France est redescendu au niveau de 1820, avant la révolution industrielle. Bien entendu on a réuni des commissions. Il y a eu une commission de la productivité qui a été réuni par le ministre, grand littérateur et le plus grand ministre depuis Colbert. La commission, composée des meilleurs économistes du pays, s’est réuni pendant 6 mois et a conclu nettement : l’évolution de la productivité en France est un mystère.
Ne reste donc plus que le travail. C’est le seul élément à notre disposition.

DESCENTE AUX ENFERS

« Je m’appelle France. Ma famille a été puissante et riche. Une de mes ancêtres a été mère des arts, des armes et des lois. Une autre s’appelait Liberté et a guidé le peuple. Hélas, je n’ai pas su maintenir leurs vertus.
De plus j’ai toléré à mes enfants tous leurs caprices. J’ai été très impécunieuse et je n’ai pas su me réformer. Aujourd’hui je le paie dans d’affreux tourments. Je me sens avilie et désespérée. »

GLOBAL MONEY : a new world

Economists still depend on Keynes’ vision of the macro economic world. His representation basically remains that of semi closed economic islands, each with its own monopoly hierarchy of banking and money institutions ordered around a central bank that is sovereign. Within this mental universe, there is conceptually no room for such a shadow money.

LES BANQUES CENTRALES NE SONT PLUS CENTRALES

L’actuel retournement des conjonctures s’inscrit dans une dynamique de longue déflation de l’alimentation mondiale en liquidités.
Les décisions annoncées au début du mois par Mario Draghi confirment la gravité du retournement de conjoncture qui vient de surprendre les autorités économiques et politiques. Elles n’ont rien vu venir (malgré l’apparition de signes avant-coureurs dès l’été). Elles sont incapables de l’expliquer.(…) Il nous reste à croiser les doigts pour qu’une quelconque erreur des autorités, ou même plusieurs (comme en 2008) ne déclenchent pas une nouvelle apocalypse financière.