Loading...

Étiquette : nation

Pour une Europe des nations avec la Russie

La Russie est bien sûr euro-asiatique mais son centre de décision est à Moscou. Sa civilisation s’est rapprochée de plus en plus de l‘Europe depuis trois siècles, et a produit des chefs d’œuvre fabuleux dans la veine européenne, en particulier en littérature et en musique. La période communiste a été un retour en arrière brutal.

Histoire de l’économie mondiale 1

C’est-à-dire que l’histoire de l’économie n’est pas marquée par la lutte des classes comme le dit Karl Marx, qui s’inspire de ce qu’il voit, c’est-à-dire le Royaume-Uni des années 1840, à un moment où le froc est en recul. Mais on y a compris la leçon de Ricardo qui conseille de se débarrasser de tous ceux qui vivent de la rente. La bataille aura lieu entre le travail et le profit.

Déjeuner débat le 4 juin, présentation.

 Il défend la primauté du politique sur l’économique et souhaite mettre un terme à la gabegie des dépenses publiques. Pour réaliser cette France et cette Europe qu’il appelle de ses vœux, allant de l’Atlantique à la Sibérie, il soumet l’idée d’une Confédération carolingienne des nations, qui se rapprocherait naturellement de la Russie.

Innovation, création et la Richesse des Nations

L’innovation et la création de richesse sont liées au plaisir et à la recherche du moindre effort. Chaque innovation bénéficie des innovations acquises précédemment, qu’on ne va pas chercher à réinventer. On va toujours plus loin. Les puces des ordinateurs que vous portez sur vous, ont été conçues par des ordinateurs. Aucun humain ne pourrait concevoir les circuits imprimés qui sont dans votre poche. On est ici dans la troisième génération : c’est un ordinateur qui a créé un ordinateur, qui a créé un ordinateur.
Cette recherche ininterrompue a permis l’émergence de toutes les civilisations humaines.
Incidemment, on imagine que c’est la bière qui a permis ceci…

Europe, nation et libre échange

« L’Union européenne est l’une des économies les plus ouvertes sur l’extérieur. Elle est aussi le plus grand marché unique au monde ». Mais, quand on se penche sur la mappemonde de la liberté économique il saute aux yeux que, les pays libres ou plutôt libres économiquement, sont minoritaires en Europe et globalement situés au nord du continent. Ce sont aussi les plus prospères. « Économie ouverte sur l’extérieur » n’est pas synonyme de « liberté économique » à l’intérieur. C’est donc une erreur de croire que les difficultés que les pays européens rencontrent chez-eux, entre eux et à l’extérieur de l’Union, sont liés au libre échange et à une « concurrence déloyale ». Les problèmes auxquels les pays européens sont confrontés ont des causes endogènes. Le « protectionnisme intelligent » ne ferait qu’aggraver la situation parce que les États ne se remettraient pas en question, la dégradation de la situation continuerait, les États pour y remédier accentueraient alors leur main mise sur l’économie, aggravant la situation etc..