Loading...

Étiquette : réchauffement

Nutriscore et empreinte carbone

« L’ancien monde » qu’a connu nos ainés n’avait guère d’autre choix que de privilégier les circuits courts d’approvisionnement. De nos jours, si l’on se souvient de nos cours de géographie, la provenance d’un produit généralement indiquée sur l’étiquette est suffisante pour vérifier s’il a ou non fait la moitié du tour de la Terre avant d’arriver à notre domicile ou dans notre assiette.

CO2, urgence climatique et énergétique ? suite

Le scepticisme est une qualité essentielle pour un scientifique. Pourtant, le « climato-scepticisme » a une connotation curieusement péjorative. Pour éviter cette confusion, l’Association se reconnait dans le « climato-réalisme », car accordant plus d’importance au climat réel qu’aux projections alarmistes et exagérément divergentes de modèles de climat virtuel.
La dénomination « effet de serre » pour l’atmosphère est trompeuse et prête à confusion
Le GIEC n’écrit pas que le réchauffement est dû à plus de 95 % à l’activité humaine, il écrit « plus de 50 % », laissant une contribution importante à la variabilité naturelle du climat.

Urgence Climatique et énergétique?

En reprenant la sensibilité climatique transitoire du GIEC, le réchauffement représente 1 picodegré C par tonne de carbone (1 picodegré = 1 millième de milliardième de degré). L’empreinte carbone de la France représente ainsi 1 dix-millième de degré par an selon les chiffres du GIEC. Concernant le confinement en 2020, on ne constate pas d’impact particulier sur l’évolution du taux de CO2 dans l’air.

Le CO2 a quelques bienfaits. 33 % des émissions sont un supplément de nourriture pour la végétation et les récoltes. Une évaluation a été menée entre 1961 et 2013 sur 45 plantes nutritives représentant 95 % des céréales, fruits et légumes consommés dans le monde. Une concentration accrue de CO2 représente un bénéfice de 3000 milliards d’euros sur cette période. Le CO2 est donc indispensable mais aussi irremplaçable. Depuis plusieurs millions d’années, le CO2 a tendance à baisser dans l’atmosphère. A l’heure actuelle, nous ne sommes pas très loin du seuil critique en-dessous duquel la vie des plantes est remise en cause. Émettre du CO2 peut être vu comme une sécurité que l’humanité se donne par rapport au fait que la concentration de CO2 dans l’atmosphère baissait.
L’alarmisme actuel est basé non pas sur les observations mais sur des modèles de climat. Première remarque : les modèles ne sont pas d’accord entre eux. Tous les modèles chauffent davantage que les observations. En revanche, 109 travaux publiés dans diverses revues indiquent des sensibilités climatiques inférieures à 1°. Le GIEC ne les reprend pas.

Convention Citoyenne sur la Climat : explications

La plus flagrante aberration qui s’attache à la Convention Citoyenne sur le Climat, se trouve certainement dans le cahier des charges, qui, – grosso-modo – demande au groupe de réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour réduire de façon drastique le CO2. : on oublie bien entendu qu’il puisse y avoir autre chose qu’un consensus1 sur la réalité d’une relation entre l’augmentation des températures et de celles du CO2. A ce jour, aucune étude scientifique, revue par des pairs indépendants de toute idéologie et/ou institution, n’établit ce lien. Par ailleurs, quand bien même il existerait en marge une possibilité que le CO2 eut amplifié l’effet de serre, il faut rappeler que la France n’émet que 1,3 % du CO2 mondial. Notre pays a un niveau d’émission (344 millions de tonnes) à peu près équivalent à celui de l’Australie, deux fois inférieur à celui de l’Allemagne. Les États-Unis ont un niveau d’émission 15 fois supérieur à celui de la France, et la Chine, 29 fois ! Dans ces conditions, est-on en droit de saigner à blanc un pays, alors que les effets des mesures très coercitives envisagées n’auront pour effet que de ruiner l’économie, sans induire de réduction du CO2 au niveau mondial.

La terrifiante Convention Climat (2° partie)

les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les participants ont reçu les données d’entrée produites par l’administration et ils ont suivi le même raisonnement hypothético-déductif qu’elle. Les règles d’engagement du processus sont les mêmes que celles de nos fonctionnaires au quotidien : ils ont l’autorité sans assumer la responsabilité de leurs actes et leurs victimes sont loin. Le résultat est tristement habituel : contraintes, punitions, taxation et restrictions de liberté. Non seulement, ces propositions ne sont pas plus légitimes que les autres lois, mais tenter de nous le faire croire discrédite la démocratie parlementaire.

LA TERRIFIANTE CONVENTION CLIMAT

Peut-on penser qu’en forçant la mise en œuvre de ces propositions, l’État français pourra, seul et contre le pays, atteindre les objectifs qu’il a contribué à fixer à la COP21 ? Alors que le nombre de Français du secteur privé dont l’activité fait vivre l’ensemble de la population (enfants, étudiants retraités, fonctionnaires, chômeurs, autres) est en diminution constante année après année, peut-on leur imposer un nouveau fardeau, restreindre leurs libertés, prélever leurs propriétés, réglementer leur vie à chaque moment et penser améliorer notre performance environnementale et notre société ?

Nongqawuse, la Greta Thunberg africaine ?

Les prédictions apocalyptiques, à l’image de celles de la jeune Greta Thunberg ne sont pas l’apanage de l’Europe. Les exemples de prophéties millénaristes faites par des adolescents se retrouvent également en Afrique, notamment en Afrique du Sud et plus particulièrement chez les Xhosa.
Qu’il s’agisse des prophéties européennes ou africaines, elles interviennent toujours dans un contexte de grande crise politique, morale ou sociale. En Europe, les prophéties millénaristes les plus connues se sont produites au tournant de l’an mil (ou mille) quand elles annonçaient la fin du monde et qu’elles se traduisirent par les « grandes peurs ». Aujourd’hui, au moment où les Européens doutent en observant la fin de leur modèle civilisationnel et les menaces que le « grand remplacement » fait peser sur leur identité, c’est l’apocalypse climatique qui est annoncée.
Les Xhosa d’Afrique du Sud ont connu un phénomène semblable quand, influencés par une jeune fille, ils se sont auto-détruits.

Climatologie africaine

Le problème avec les tenants du « climatiquement correct », notion étroitement cantonnée aux pays « riches », est qu’ils confondent origine et influence, deux notions scientifiques pourtant différentes. Mais, comme ils exercent le monopole médiatique et politique, ils peuvent donc tout à loisir formater les jeunes générations afin de les couler dans le moule universaliste du « village terre » qu’il importe de protéger afin de « sauver la planète ».
Adhérant avec enthousiasme ou suivisme à ce nouveau messianisme, l’homme blanc est décidemment incurable.

l’écologisme : les manipulations écologiques :

leur projet est sans conteste : il s’agit de réduire l’humanité à une fraction infime de ce qu’elle est. Telle était la préconisation de Hans Jonas, probablement le théoricien écologiste le plus influent du XXe siècle, telle est aujourd’hui la préconisation de la plupart des intellectuels et militants écologistes, cohérents avec leurs axiomes théoriques. Se débarrasser des neuf-dixième de l’humanité… Comment ? C’est un aspect du programme sur lequel les idéologues restent la plupart fort discrets. Pas tous. Mentionnons Paul Ehrlich, probablement l’écologiste américain le plus lu depuis les années soixante, auteur de la Bombe P (comme population) — les écologistes ne parlaient pas encore de CO2, seulement de surpopulation — qui préconisait de stériliser de force les populations qui se reproduisent “comme des lapins” (sic), expression raciste et méprisante qui visait les Indiens et les Pakistanais. Si la vasectomie massive ne suffit pas, poursuit doctement le Dr. Ehrlich, alors il faudra déverser des substances stérilisantes dans l’eau potable. Telle serait la “solution finale” — l’expression est de Hans Jonas, dans une interview au Spiegel en 1992 — au “problème écologique”.
L’écologisme est une idéologie totalitaire au sens strict, plus radicale dans ses prétentions humanicides qu’aucune de ses devancières.

écologie : Les manipulations écologiques

Drieu Godefridi montre que l’écologisme définit une idéologie plus radicale dans ses prétentions liberticides, anti-économiques et finalement humanicides qu’aucun totalitarisme des siècles précédents. “Diviser l’humanité par dix” : tel est l’idéal écologiste. “C’est le peuple qui s’asservit, qui se coupe la gorge.” Etienne de La Boétie, “Discours de la servitude volontaire” (1549)

Progrès : vers une fin voulue?

Nous nous retrouvons ainsi dans les années 1945, à la différence près que la France n’est pas dévastée par une guerre, ou par un supposé « réchauffement climatique ».
Oui, l’idéologie a bien pris le dessus sur la Raison, et encore plus sur la Réalité. Nous sommes entrés dans une néo-dictature fondée sur un dogme découlant de l’écologisme et visant à la décroissance.
Etes-vous prêts à en subir encore plus ?

« L’environnement : problèmes publics solutions privées ? »

La question qui m’a été posée par Patrick de Casanove est particulièrement difficile. Après un bref échange, nous sommes tombés d’accord sur cette formulation : « L’environnement : problèmes publics, solutions privées ? » Dans un mail, il précisait sa pensée : L’idée principale que je voudrais voir débattue est que, comme vous l’écrivez dans votre livre, dans cette affaire [ … ]

CO2, montée des eaux, « catastrophes » météorologiques … la science est-elle établie ?

« CO2, montée des eaux, « catastrophes » météorologiques … la science est-elle établie ? » Par Gilles Granereau. Peut-on accorder du crédit aux informations qui nous sont distillées sur le sujet du climat ? Peut-on croire en ces « vérités » scientifiques qui nous prédisent la catastrophe climatique dans quelques décennies si l’on ne fait rien pour limiter un [ … ]

L’environnement : problèmes publics, solutions privées

L’environnement : problèmes publics, solutions privées Par Thierry Lavoux Depuis l’émergence des politiques de l’environnement, l’État dispose aujourd’hui de nombreux instruments d’intervention que la littérature académique, et économique en particulier, classent le plus souvent en trois catégories : ➢ les instruments « command-and-control » (hard power) tels que la norme (lois et règlements), la planification, l’obligation, l’interdiction, la certification, etc. [ … ]

L’environnement : problèmes publics, solutions privées ?

La question qui m’a été posée par Patrick de Casanove est particulièrement difficile. Après un bref échange, nous sommes tombés d’accord sur cette formulation : « L’environnement : problèmes publics, solutions privées ? » Dans un mail, il précisait sa pensée : “L’idée principale que je voudrais voir débattue est que, comme vous l’écrivez dans votre livre, dans cette affaire [ … ]

Le fiasco des énergies renouvelables

Face aux poids lourds de l’omniprésente communication d’Etat, qui soutient «ad nauseam» les intérêts de la filière des énergies dites «renouvelables», le citoyen, l’honnête homme, est bien en peine de démêler le vrai du faux. D’autant que, disons-le, il n’a, souvent, pas le bagage scientifique nécessaire pour appréhender sans faillir les multiples aspects de la question. Et que, s’il se [ … ]