Loading...

Étiquette : relance

PME la grande oubliée du plan COVID

L’heure du bilan arrive et faute d’avoir compris l’importance du tissus PME en France les prochains mois risquent d’être plus destructeur que la pandémie elle-même !
Un conseil à nos ministres impliqués : Faute d’avoir, comme dans une majorité des Pays de l’OCDE, réservé la priorité des aides aux petites entreprises, pour vous racheter il faut impérativement annuler toutes les dettes sociales et prêts garantis pour celles qui, sans cela, aurons du mal à se maintenir et aucune chance de se relancer dans une reprise qui sera, à n’en pas douter, très pugnace.

La dette publique n’est pas un « choix responsable »

Certes, même si l’on doit admettre que la politique étatique ne peut pas avoir d’effet global positif sur la production, on peut considérer cependant que la politique consistant pour l’État à se porter garant des emprunts des entreprises – comme cela a été décidé – est plus justifiée que d’autres politiques. Par ailleurs la politique de chômage partiel aide utilement les salariés à franchir la période de récession actuelle. Mais il sera important de faciliter le retour à une situation productive normale, d’autant plus que des entreprises auront à rembourser leurs emprunts et qu’il faudra rembourser la dette due à l’augmentation du chômage. Pour cela la diminution des impôts (ou, tout au moins, de certains d’entre eux) et la diminution des règlementations joueraient un rôle essentiel. (…) Il existerait par contre une décision politique qui aurait des effets positifs sur la production nationale, celle qui consisterait à diminuer la fiscalité et plus particulièrement à diminuer ou à supprimer les impôts qui ont les conséquences les plus néfastes (par exemple la progressivité des impôts). En effet, les impôts diminuent les incitations productives (incitation à travailler, à entreprendre, à épargner, à investir, etc.). En supprimant ou en diminuant les impôts aux effets les plus négatifs on ne peut pas dire qu’on fait une politique de relance, mais on fait une politique de suppression d’une activité publique de freinage économique.